Risperdal et Haldol moins efficaces qu’un placebo pour contrer l’agressivit√©
Home » Risperdal et Haldol moins efficaces qu’un placebo pour contrer l’agressivit√© facebook

ARRI Volume 22, No 1

Selon une récente étude publiée dans le Lancet, deux médicaments antipsychotiques largement prescrits aux enfants et adultes souffrant de troubles du spectre autistique ne sont pas plus efficaces qu'un placebo pour contrer l'agressivité.

Peter Tyrer et et al. ont étudié les effets de la rispéridone (Risperdal), de l'halopéridol (Haldol) et d'un placebo sur l'agressivité de quelque 86 adultes non psychotiques et de faible QI répartis entre dix unités de traitement ambulatoires ou résidentielles en Grande-Bretagne et en Australie. Les chercheurs ont mesuré l'agressivité des participants ainsi que d'autres troubles du comportements à l'issue de 4, 12 et 26 semaines de traitement. Ils ont également étudié les effets secondaires et analysé les réponses du personnel soignant et autres accompagnants sur les effets du traitement.

"L'agressivité a diminué de manière substantielle avec chacun des traitements en l'espace de quatre semaines", notent les chercheurs, "avec toutefois une amélioration supérieure pour le groupe sous placebo". Le placebo avait en effet diminué l'agressivité de près de 80 %, contre 58 % pour la rispéridone et 65 % pour l'halopéridol. Les données n'ont montré aucune différence significative entre les groupes pour tous les autres paramètres pris en compte.

Les chercheurs concluent ainsi : "les médicaments antipsychotiques ne devraient plus être considérés comme un traitement de fond acceptable pour contrer l'agressivité des personnes présentant un handicap intellectuel".

La rispéridone, antipsychotique atypique de nouvelle génération, avait été initialement accueillie avec intérêt pour ses risques moindres par rapport à des neuroleptiques de première génération tels que l'halopéridol. On sait pourtant aujourd'hui que la rispéridone s'accompagne de tout un cortège de risques d'effets secondaires graves tels que diabète, élévation du glucose sanguin, prises de poids extrêmes et tumeurs pituitaires.


"Risperidone, haloperidol, and placebo in the treatment of aggressive challenging behavior in patients with intellectual disability: a randomised controlled trial" (rispéridone, halopéridol et placebo dans le traitement de l'agressivité chez les patients présentant une déficience intellectuelle : étude contrôlée randomisée), P. Tyrer, P. C. Oliver-Africano, Z. Ahmed, N. Bouras, S. Cooray, S. Deb, D. Murphy, M. Hare, M. Meade, R. Reece, K. Kramo, S. Bhaumik, D. Harley, A. Regan, D. Thomas, B. Rao, B. North, J. Eliahoo, S. Karatela, A. Soni et M. Crawford, The Lancet, Vol. 371, No. 9606, 5 janvier 2008, 57-63. Adresse : Peter Tyrer, Department of Psychological Medicine, Imperial College, Londres, RU, [email protected]