Une nouvelle recherche attire l’attention sur les anticorps maternels
Home » Une nouvelle recherche attire l’attention sur les anticorps maternels facebook

ARRI, Vol. 21, No. 4, 2007

Une nouvelle étude vient étayer la thèse du rôle de l'exposition prénatale aux anticorps maternels (anticorps qui attaquent les propres cellules de l'organisme). Ces anticorps peuvent résulter d'une fragilité génétique associée à des facteurs environnementaux de nature infectieuse ou toxique.

Daniel Braunschweig et al. ont étudié trois groupes constitués respectivement de 61 mères d'enfant présentant un TED, 62 mères d'enfant au développement normal, et 40 mères d'enfant caractérisé par un retard de développement sans rapport avec l'autisme. En analysant les résultats au test Western-Blot, les chercheurs ont observé une réaction sur deux bandes de protéines correspondant au cerveau du f�tus (et non de l'adulte) chez sept des mères d'enfant autiste, contre aucune chez les mères des autres enfants. Ils ont noté en outre une corrélation entre la présence d'anticorps et une régression de comportement chez les enfants. Une réaction a été également notée sur la bande 37kDa cinq fois plus chez les mères d'enfant autiste que chez celles du groupe témoin. Ces observations, estiment les chercheurs, "suggèrent une association entre le transfert des auto-anticorps IgG pendant le développement neurologique précoce et le risque d'apparition d'un TED chez certains enfants".


"Autism: maternally derived antibodies specific for fetal brain proteins" (autisme : effets spécifiques des anticorps maternels sur les protéines du cerveau du f�tus), D. Braunschweig, P. Ashwood, P. Krakowiak, I. Hertz-Picciotto, R. Hansen, L. A. Croen, I. N. Pessah et J. Van de Water, Neurotoxicology, 6 nov. 2007. Adresse : Judy Van de Water, Division of Rheumatology, Allergy and Clinical Immunology, University of California at Davis, Davis, CA 95616.