Une étude met en évidence les effets secondaires de la rispéridone, molécule approuvée pour l’autism
Home » Une étude met en évidence les effets secondaires de la rispéridone, molécule approuvée pour l’autism facebook

ARRI Volume 21, No 3 - Nov. 2007

Un certain nombre d'études (voir l'ARRI 19/3,19/1, et 18/2) associent la rispéridone (Risperdal) à des prises de poids très importantes, des anomalies potentiellement dangereuses du sucre sanguin, ainsi que le cas échéant des tumeurs pituitaires. Une nouvelle étude ajoute un certain nombre de mises en garde.

Mira Harrison-Woolrych et al. ont étudié les données des enfants néo-zélandais de moins de 16 ans ayant reçu une prescription de rispéridone ou de tout autre antipsychotique atypique entre avril et juillet 2003. Après analyse du dossier médical de ces enfants jusqu'en novembre 2004, les chercheurs notent que 30 % des 420 enfants sous traitement ont présenté des problèmes de santé correspondant pour un tiers à des effets secondaires imputables à ces médicaments. Plus de 90 % des enfants étaient sous rispéridone.

Comme effets secondaires les plus courants, les chercheurs citent "la prise de poids, l'altération des dents et la perte de sommeil ". En outre, la rispéridone semble augmenter le risque de dépression chez des enfants n'ayant jusque là connu aucun épisode dépressif.


"Safety and usage of atypical antipsychotic medicines in children: a nationwide prospective cohort study" (innocuité et prescription des médicaments antipsychotiques chez l'enfant : étude d'une cohorte à l'échelle du pays), Mira Harrison-Woolrych, Juan Garcia-Quiroga, Janelle Ashton et Peter Herbison, Drug Safety, Vol. 30, No. 7, Juillet 2007, 569-79. Adresse : Mira Harrison-Woolrych, Director, IMMP, University of Otago, Dunedin, New Zealand, [email protected].

- et -

"Children's antipsychotic drug use scrutinized" (le recours à un antipsychotique chez l'enfant revisité), communiqué de presse, Université d'Otago, Nouvelle-Zélande, 18 juillet, 2007.