Une étude de l’institut M.I.N.D fournit des indications sur des protéines pouvant jouer un rôle…
Home » Une étude de l’institut M.I.N.D fournit des indications sur des protéines pouvant jouer un rôle… facebook

ARRI Vol. 21, No 1, 2007

 

Une nouvelle étude de l'institut M.I.N.D, qui cherchait à repérer des niveaux de protéines anormaux associés à l'autisme afin d'en identifier les causes et de permettre la mise en place de traitements précoces, a identifié plusieurs pistes potentielles.

Blythe Corbett et al. ont analysé les échantillons sanguins de 69 enfants autistes de quatre à six ans, ainsi que de 35 enfants au développement normal, appariés en termes d'âge et de sexe. Les chercheurs ont identifié cinq composés peptidiques correspondant à quatre protéines connues, dont les taux semblaient anormaux.

Parmi ceux-ci, quatre composés peptidiques correspondaient à trois protéines impliquées dans la voie du complément jouant un rôle dans l'immunité. Les chercheurs indiquent que "ces résultats viennent étayer de nombreuse études ayant démontré dans l'autisme des différences dans la circulation des protéines associées au système immunitaire".

Ces tests ont également mis en évidence des différences sur le plan des apolipoprotéines – qui jouent un rôle dans le transport des lipides, du cholestérol et de la vitamine E., entre les sujets autistes et leur pairs non autistes, ainsi qu'entre des autismes sévères et des autistes de haut niveau. Les chercheurs suggèrent que ces différences pourraient être liées aux anomalies gastro-intestinales présentes chez de nombreux enfants autistes, à des différences d'alimentation et de traitement, ou à une modification des hormones de stress.

Les chercheurs de l'institut précisent que l'identification de profils protéiniques anormaux chez les enfants autistes pourrait permettre de démarrer des traitements très précoces. En outre, un récent rapport de l'institut note que "beaucoup de signes laissent à penser que, chez certains enfants vulnérables, quelque chose de l'ordre de facteurs environnementaux déclenche ces perturbations. Si scientifiques et cliniciens parviennent à identifier les enfants vulnérables avant qu'ils ne subissent les perturbations de facteurs environnementaux déclenchants, l'autisme pourrait peut-être être court-circuité chez ces enfants".


"A proteomic study of serum from children with autism showing differential expression of apolipoproteins and complement proteins" (analyse protéomique du sérum d'enfants autistes révélant des expressions différentes des apolipoprotéines et des protéines du complément), B. A. Corbett, A. B. Kantor, H. Schulman, W. L. Walker, L. Lit, P. Ashwood, D. M. Rocke et F. R. Sharp, Molecular Pychiatry, Vol. 12, 2007, 292-306. Adresse : Blythe A. Corbett, Department of Pyschiatry and Behavioral Sciences, M.I.N.D Institute, University of California, Davis, 2825, 50th Street, Sacramento, CA 95817, [email protected].

- et -

"Progress in discovering biological markers of autism", M.I.N.D. Matters, UC Davis M.I.N.D. Institute, Vol. 6, No. 2, hiver 2006, page 1.